Équipe de traduction

Nous sommes ravis de travailler avec une équipe talentueuse de spécialistes de langue basée à Bamako. Récemment, ils étaient instructeurs au Peace Corps américain au Mali, ou ils ont partagé avec les stagiaires les subtilités de la langue et de la culture au Mali.

Salifou Bengaly

Salifou Bengaly

M. Bengaly est connu sous le surnom de « Maître » parce qu’il est un professeur de lycée et propriétaire d’une école primaire privée à Kati, une ville au nord de la capitale du Mali, Bamako. Il est né à Kabarasso dans la région de Sikasso en 1979. Après le lycée, il a étudié les langues (anglais, arabe, et bambara) à l’Université de Bamako de 2000 à 2004. Depuis ce temps, il a travaillé avec des ONG internationales, des projets et des ministères comme traducteur par des contrats à court terme. Depuis 2007, M. Bengaly a passé la plupart de son temps de travail pour le Peace Corps américain au Mali en tant que professeur de langue. Il parle, écrit et enseigne anglais, arabe, français, bambara, sénoufo, et minianka, et il sait quelque bomu. Pendant son temps libre, il aime lire et débattre des événements actuels.

Interrogé sur l’importance de ce projet, il a dit: « De plus en plus de Maliens apprennent à lire, le pays devra conseillers de soins de santé supplémentaires qui aideront à améliorer les conditions de santé au Mali. » Il ajoute : « Parce que certaines personnes pensent que les travailleurs de la santé ne disent pas toujours la vérité, ils seront au courant de l’information vraie, parce que les portes sont ouvertes pour eux (ils peuvent lire des livres de santé maintenant). »

Fatoumata Bouaré

Fatoumata Bouaré

Fatoumata Bouaré, ou tout simplement « Fatim », est né dans la ville de San au région de Ségou au Mali. Elle est diplômée de la FLASH (Faculté des Langues des Arts et des Sciences Humaines) à l’Université de Bamako. Mme. Bouaré a travaillé avec le Peace Corps depuis 2006 en tant que entraîneur de langues et culture. Elle dit: « Ce projet est important, car au Mali il y a beaucoup d’endroits où il n’y a pas de centre de santé. L’ouvrage aidera les femmes à apprendre à propos de la santé, et de savoir comment mieux prendre soin d’eux-mêmes et leur famille. Cela les aidera d’éviter beaucoup de maladies communes au Mali. Il y a tellement d’avantages que je ne peux pas finir de parler de chacun d’eux ! Je pense qu’il sera particulièrement utile aux communautés, en particulier si l’information est partagée avec les femmes et les filles. »

Yagare Magassa

Yagare Magassa

Yagare Magassa

Mme Magassa, surnommé Mamaï, a étudié l’anglais à la Faculté des Lettres, Langues, Arts et Sciences Humaines (FLASH) à l’Université de Bamako de 2002 à 2006. Après l’université, elle a travaillé avec les américains et les allemands comme tant que institutrice de la langue et avec les maliens comme professeur, marchand, et de l’actrice. Elle parle anglais, français, soninké et bambara.

Mme Yagassa dit, « ce projet de traduction est une opportunité fantastique pour moi non seulement de garder mes connaissances et acquérir de nouvelles vocabulaire spécialisé, mais le plus important pour aider d’autres personnes en difficulté. Parce que ce livre vous aidera à enseigner aux membres de la population de langue bambara à s’aider eux-mêmes pour de nombreuses années à venir, je suis si fier d’être associé à ce programme. »

Diatrou Dembelé

Diatrou Dembelé

M. Dembélé est né dans le village de Niantanso, entre Kita et Manantali près de la frontière ouest du Mali. Il est diplômé de l’École Normale Supérieure de Bamako, où il a étudié l’anglais et le français. Après ses études, il a enseigné au secondaire en Côte d’Ivoire et le Mali. En 2000, il a commencé à travailler pour le Corps de la Paix, où il a enseigné le français, le bambara, malinké et à des stagiaires et des bénévoles. Pendant ce temps, il a aidé à traduire plusieurs documents, comme un manuel de vie des compétences, des documents sur la sécurité alimentaire, et d’autres. M. Dembélé a également rédigé des manuels d’enseignement général et technique pour la langue Malinké. En ce qui concerne l’importance de la traduction où il n’y a pas médecin, il avait ceci à dire:

« Pour moi, la traduction de ce livre aidera les agents de santé aux villages, parce que la plupart d’entre eux ne sont pas allés loin à l’école. En outre, toutes les personnes alphabétisées pourrait le lire facilement et à comprendre parce que c’est dans leur langue maternelle. Quand les gens peuvent comprendre quelque chose, il est plus facile pour eux de le mettre en œuvre. Après la traduction de l’ouvrage, un grand nombre de personnes seront en mesure de lire et sera capable de l’expliquer à beaucoup, beaucoup d’autres. Dans les pays pauvres, où les gens peuvent acquérir ces connaissances importantes pour eux-mêmes, je pense que le taux de la mère et de l’enfant mortalité diminue beaucoup. »